Accueil>les éco-gestes du quotidien

les éco-gestes du quotidien


En matière de déchetsLes Eco Gestes

Je trie mes déchets (emballages, verre, papier...) en tenant compte des consignes... Le recyclage des déchets permet de fabriquer des objets usuels. Ainsi, avec 2 bouteilles en plastique, on peut fabriquer une écharpe.

Je fais mes courses de manière réfléchie ! En évitant les produits sur-emballés et en privilégiant les produits en vrac ou en grand conditionnement, je fais un geste pour l’environnement et pour mon porte-monnaie. Pour le goûter de mes enfants, je ne prends pas les mini-portions préemballées et les canettes et briquettes de jus, j’utilise une boite réutilisable et une gourde. Enfin, je pense à acheter des produits écolabéllisés et/ou issus du commerce équitable.

Je mets un autocollant « stop pub » sur ma boite aux lettres. Nos boîtes aux lettres se trouvent souvent remplies par des prospectus, des publicités, ou des journaux gratuits. Ces courriers non adressés correspondent en moyenne chaque année à 40 kg par foyer. Les publicités des grandes surfaces représentent 58% de ces quantités, les journaux gratuits d’annonces 18%, le commerce local 14%, le reste correspond aux services et aux publications des collectivités locales.

Je me mets au compostage ! En plus de favoriser la réduction des déchets, le compost est une matière fertilisante saine et gratuite que vous pourrez utiliser dans votre jardin (pour en savoir plus, merci de consulter la rubrique « compostage domestique »

L’Electricité

J’utilise au maximum la lumière naturelle, en plaçant notamment près des fenêtres les plans de travail (cuisine, bureau...).

L’éclairage représente en moyenne 15 % de ma facture d’électricité (hors chauffage, eau chaude et cuisson).

J’utilise des ampoules basse consommation qui utilisent 4 à 5 fois moins d’électricité que les lampes à incandescence traditionnelles et qui durent en moyenne 6 fois plus longtemps.

Je fais la poussière sur mes ampoules. Une ampoule bien dépoussiérée offre 40% d’éclairage supplémentaire.

Je ne laisse pas mes appareils électriques en veille ! En les éteignant complètement, j’économise jusqu’à 10% sur ma facture d’électricité. Non seulement j’économise de l’argent et je réduis mes émissions de gaz à effet de serre, mais je prolonge aussi la durée de vie de mes appareils.

Avant d’acheter un appareil électroménager, je pense à consulter son étiquette énergie.
La consommation de mon lave-linge et de mon réfrigérateur peut être divisée par 3, tout en étant aussi performant.

L’Eau

Je bois de l’eau du robinet ! Coûtant 200 à 300 fois moins cher que l’eau en bouteille, elle fait l’objet de contrôles extrêmement rigoureux.

Traquez les fuites !  Une chasse d'eau qui coule peut représenter plus de 600 litres perdus au cours d'une journée, soit la consommation quotidienne d'une famille de 4 personnes. Pour repérer une fuite, il suffit de relever le compteur le soir au coucher et de nouveau le matin suivant avant d’ouvrir le moindre robinet, tout changement à ce niveau révélera un problème.

Je prends une douche rapide plutôt qu’un bain. Je consomme ainsi entre 25 et 100 litres d’eau au lieu de 250 litres environ, et je participe à la préservation de cette ressource naturelle limitée. Pour la douche, le mélangeur mono levier à thermostat est plus économique surtout si on l’associe à un robinet économiseur d’eau.

Quand je me brosse les dents, j’utilise de préférence un verre pour le rinçage plutôt que de laisser couler l’eau inutilement.

J’installe une chasse d’eau à double commande dans mes toilettes ou je place une bouteille pleine de sable ou une brique dans le réservoir. Je réduis ainsi ma consommation d’eau de 1 à 2 litres à chaque remplissage de la cuvette.

Je ne fais fonctionner mon lave-linge ou mon lave-vaisselle que lorsque la machine est remplie, ce qui permet d’économiser environ 30 % du volume d’eau.

Pensez à récupérer l’eau de pluie ! Vous disposerez alors d’un moyen gratuit pour arroser votre jardin et vos plantes d’intérieur.

Le Chauffage

Chez moi, avant de pousser le bouton du thermostat, je pense d’abord à mettre un pull ! 1°C de moins chez soi, c’est 7% de consommation en moins. Je module donc le chauffage en fonction des pièces de la maison ! Pour ma santé, mon porte-feuille et l’environnement, 19°C dans les pièces à vivre et 16°C la nuit dans les chambres sont largement suffisants.

Bien isoler sa maison est la façon la plus économique de la chauffer.
Isoler le toit et les murs de sa maison épargne 10 à 20% d’énergie. Le fait d’installer du double-vitrage permet d’économiser 10% de chauffage.

Les transports

Je privilégie des solutions de transport alternatives à la voiture individuelle. En utilisant les transports en commun, le vélo et la marche dès que possible. Pour mes trajets au quotidien, c’est plus rapide, moins stressant, plus économique et meilleur pour ma santé.

Le covoiturage est un bon moyen pour faire des économies et rendre ses déplacements plus agréables.

Si je suis dans l’obligation d’utiliser ma voiture comme moyen de transport, j’adopte l’écoconduite.  C’est un ensemble de règles visant à réduire la consommation des véhicules, les nuisances sonores et les risques d’accident.

Quelques conseils

    • Conduire sans à-coups
    • Adapter le régime à sa vitesse
    • Couper le moteur en stationnement ou dans une file d’attente
    • Vérifier la pression des pneus régulièrement
    •  Limiter l’usage de la climatisation

Je limite mes voyages en avion et privilégie le train. Un avion consomme jusqu'à 9 fois plus d'énergie par passager et par kilomètre que le train.

Je privilégie les fruits et légumes de saison. Les concombres et fraises en hiver que vous trouvez dans les supermarchés sont produits sous serre et transportés sur de longues distances. Aussi, je privilégie mon producteur/artisan local (fermes, amap…), car cela limite la pollution liée au transports des marchandises.

Je pratique la compensation carbone, afin de compenser mes émissions de gaz à effet de serre. Pour plus d’informations sur le sujet, veuillez consulter le site de l’ADEME (www.ademe.fr).

Le Bureau

Je n’allume pas la lumière si la luminosité est suffisante pour travailler confortablement. Le midi et le soir, je pense à éteindre tous les appareils électriques et à ne pas les laisser en veille (ordinateur, écran, imprimantes, photocopieuse).

En ce qui concerne l’impression des documents
J’utilise le courrier mail dès que possible pour les comptes-rendus et notes internes.
Je réduis les tirages (meilleure estimation, je vérifie les listes de diffusion des documents et courriers).
J'utilise autant que possible la fonction recto-verso, copies multiples par page et économie d'encre de mon imprimante.
Si la couleur n’est pas indispensable, je sélectionne la fonction noir et blanc.
Pour les tirages en grande quantité, je favorise le copieur, plus économe en encre que l’imprimante. 
Je récupère les « ratés » comme papier brouillon au lieu de les jeter directement à la poubelle.

Pause café ? J'utilise une tasse ou un verre et je renonce aux gobelets en plastique. 
J’utilise des filtres à café non-blanchi.
Je pense à éteindre la cafetière électrique.
Je bois l'eau du robinet et limite l'eau en bouteille (il faut en moyenne 5 litres d’eau pour produire un 1,5 litre d’eau en bouteille).

Le Jardin

Je composte et je récupère les eaux de pluie (voire rubriques précédentes).

Rotation des cultures : pour conserver un sol équilibré, limiter la prolifération des parasites, il faut pratiquer la rotation des cultures. En effet, les plantes n’ont pas toutes les mêmes besoins et ne prélèvent dans le sol que ce qui leur convient. Il faut donc alterner les 3 grands groupes de légumes :

    • Les feuillus (épinards, salade, chou…)
    • Les légumes racines (radis, carottes, navets…)
    • Les légumineuses (haricots, fèves, pois…)

Certaines cultures ne doivent revenir que tous les 4 ou 5 ans sur le même sol (ail, oignon, poireau…).

En associant différents types de plantation, on peut éviter les attaques de parasites :

    • Quelques œillets d’Inde près de vos plants de tomate limiteront l’arrivée du Mildiou
    • Le maïs peut servir de tuteur aux haricots grimpants qui eux-mêmes enrichissent le sol en azote.

Eviter les traitements

Pour éviter les traitements phytosanitaires chimiques, il faut fertiliser correctement le sol (compost) et favoriser la biodiversité qui va maintenir la présence de prédateurs face aux nuisibles (limaces…).

Penser au paillage des sols qui consiste à couvrir le sol avec des matières naturelles afin de limiter l’évaporation et la pousse des herbes folles, apportant des éléments nutritifs au sol.

Flash Info